News - Infos

22/05/2017
Catégorie : Générale
Posté par : EPA

Nous prévoyons, en juillet, de réunir autour d'un barbecue les jeunes afghans qui ont contibué aux repas de NowRoz.


 

 

01/12/2015
Catégorie : Générale
Posté par : EPA

Infos disponibles sur 2 médias

Si toute la revue de presse concernant les informations sur l'Afghanistan sont en ligne sur Facebook, la revue de presse de notre site Internet en propose plusieurs extraits disponibles dans l'onglet

S'informer - Actualités/Presse
18/03/2015
Catégorie : Générale
Posté par : EPA
 
 

Livres

Qais Akbar Omar : Kaboul était un vaste jardin

Date de publication: 11 septembre 2014 | Série: ESSAIS

" Lire ce témoignage, c'est comprendre l'Afghanistan tel qu'il existe aujourd'hui ", Khaled Hosseini, auteur des Cerfs-volants de Kaboul.

Afghanistan, début des années 1990, le jeune Qais Akbar Omar, neuf ans, vit avec sa nombreuse famille, frère, soeurs, grand-père, oncles, tantes, cousins, cousines, dans une immense demeure de Kaboul. L'arrivée des moudjahidine qui mettent la capitale à feu et à sang brise l'équilibre et le bonheur familial et oblige Qais et les siens à fuir. Ils trouvent d'abord refuge dans un ancien fort aux environs de Kaboul puis décident d'émigrer quand la violence devient encore plus meurtrière. Ils entament alors un long périple à travers tout l'Afghanistan, jusque dans les cavernes creusées à l'arrière des grands bouddhas de Bamiyan – où la famille vit quelque temps une existence troglodyte –, puis sous la tente de nomades qu'ils accompagnent dans leur transhumance. Mais quitter le pays devient impossible et Qais va devoir grandir dans le monde absurde et dangereux que régentent les talibans... "

 

 Qais Akbar Omar

Ahmad Ashraf : La dévastation   (Voir modalités de commande)

Date de publication: 27 septembre 2012 | Série: ESSAIS

Désastre sanitaire, accès aux soins, corruption : le réquisitoire sans concession d'un médecin franco-afghan.

La France a sonné l'heure du retrait d'Afghanistan, devançant Le dispositif de l'Otan prévu en 2014. Dans quel état laissons-nous ce pays et ses habitants ? Où en est le rêve d'instaurer la stabilité, la paix et la démocratie ? La guerre, comme une tempête, l'a emporté. Aujourd'hui, après plus de onze années d'occupation, l'Afghanistan est en tête des pays les plus corrompus et les plus pauvres. L'insécurité est à son comble et le pays toujours aux mains des seigneurs de guerre et des narcotrafiquants. Le point de vue singulier, révolté, d'un médecin travaillant en grande proximité avec la population éclaire cette analyse des responsabilités de l'Occident et du pouvoir afghan dans ce désastre. Premières victimes : les populations civiles.

Ahmad Ashraf, neurochirurgien franco-afghan, travaille au CHU de Grenoble, mais n'a jamais vraiment quitté l'Afghanistan où il se rend plusieurs fois par an en mission humanitaire. Il est aussi l'auteur de Nos luttes cachent des sanglots (Bayard) publié en 2011.
 
La devastation 
 

Guy Caussé : L'histoire des hommes nous concerne tous

Date de publication: 30 janvier 2014 | Série: ESSAIS

   Trente années à se porter au secours de ceux qui subissent les "fracas du monde" : victimes de guerre, de tremblements de terre, de tsunami... Guy Caussé les raconte en une série d'histoires humaines bouleversantes. Des récits d'aventures non dépourvus d'humour et d'où émerge une espérance indéfectible. Dans cet ouvrage fort et prenant, il retrace un parcours unique et s'interroge sur les ambiguïtés contemporaines de la médecine humanitaire. Le témoignage hors du commun d'un médecin qui, durant toute sa vie, a choisi de soigner "ceux qui n'ont pas le droit à la parole, mais qui ont droit à la dignité".

 
Guy Caussé
 

Ahmad Ashraf : Nos luttes cachent des sanglots  (Voir modalités de commande)

Date de publication: 10 mars 2011 | Série: ESSAIS

 
Ahmad Ashraf est étudiant en médecine lors de l'invasion soviétique. Il s'y oppose et se retrouve en prison. Il devient ensuite chirurgien militaire et doit partir dans les zones de combats. Nommé directeur d'un hôpital, il commence à soigner des résistants dans son établissement. Découvert, il est obligé de fuir et rejoint un dispensaire MSF de la Résistance. La sauvagerie de la guerre, vécue des deux côtés, le pousse à s'exiler au Pakistan où les Talibans lui demandent alors de travailler pour eux. Comme il refuse, il doit partir. Il arrive à Grenoble où il fera sa carrière de neurochirurgien. Il revient en Afghanistan, alors que le pays est en proie à la guerre civile. Il rencontre Massoud pour monter des actions d'aide médicale. Depuis, il retourne plusieurs fois par an dans son pays d'origine dont il analyse sans concession la situation.
 Nos luttes cachent nos sanglots 
 
 
Khaled Hosseni : Ainsi résonne l'écho infini des montagnes
 
Date de publication: 7 novembre 2013 | Série: ROMAN
 
   En Afghanistan, des années 1950 à nos jours, mais aussi à Paris dans les années 1970, en Californie dans les années 2000 et sur une île grecque aujourd’hui. A Shadbagh, un minuscule village agricole, Abdullah, 10 ans, s’occupe de sa petite sœur Pari. Entre les deux enfants, le lien est indéfectible, ce qui leur permet d’oublier la mort de leur mère, les absences de leur père qui cherche désespérément du travail et ces jours où la faim les tenaille encore plus qu’à l’habitude. Un jour, leur père décide de partir pour Kaboul où l’oncle Nabi lui aurait trouvé un emploi et d’emmener Pari avec lui. Abdullah sent qu’il se trame quelque chose. Et de fait, leur père, préférant « couper un doigt pour sauver la main », vend Pari à la riche famille pour laquelle travaille Nabi. Une séparation déchirante qui pèsera sur toute la vie d’Abdullah, même après son exil aux Etats-Unis. La petite Pari oublie et grandit à Paris où sa mère, Nila, trop libre pour la société afghane, s’est enfuie au milieu des années 50. Nabi est resté auprès de Suleiman, le mari de Nila, devenu handicapé suite à un AVC. Des années plus tard, bien après la chute des Talibans, Abdullah n’a pas oublié Pari qui, elle, n’a jamais pu combler une sensation de vide, comme s’il lui manquait quelque chose d’indispensable, dont elle ignorait tout…
 
 
 
Page précédente : Articles de fond  Page suivante : Culture et Tradition